La fondation

Ce sont les idées de personnes engagées qui nourrissent le progrès social. La Fondation Mercator Suisse se fait l’écho de ces idées et souhaite la poursuite de leurs développements. En encourageant et en lançant des projets, elle œuvre pour que ces idées deviennent réalité.

En collaboration avec nos partenaires, nous souhaitons dynamiser les grands processus sociaux. Les projets doivent avoir une valeur exemplaire et montrer qu’il est possible d’apporter certaines solutions aux défis qui nous sont posés, et ce dans les quatre domaines thématiques que nous avons choisis. C’est pourquoi nous soutenons des projets scientifiques ou relevant de la pratique. Nous fortifions les organisations dans leur développement par l’acquisition de compétences. Nous veillons aussi à ce que les expériences faites et les enseignements retirés profitent au plus grand nombre. Nos activités se fondent sur les valeurs qui sont formulées dans notre charte.

L'histoire

Les héritiers de Karl Schmidt de Duisbourg – famille allemande de commerçants et d’entrepreneurs, dont quelques membres vivent depuis de nombreuses années en Suisse – ont fondé à la fin des années 1990 en Suisse la Fondation Mercator Suisse, et en Allemagne la Stiftung Mercator GmbH, qu’ils ont dotées de moyens financiers considérables prélevés sur leur fortune (le capital de la fondation se monte à quelque 250 millions d’euro). Les deux fondations perçoivent régulièrement des fonds, sous la forme de dons et de donations, provenant d’autres valeurs patrimoniales que la famille des fondateurs a réservé à des activités d’utilité publique.

Depuis trois générations, la famille Schmidt s’est spécialisée dans le commerce de gros et de détail, depuis son siège à Duisbourg. Le grand magasin C.W. Jung créé en 1906 est à l’origine de ces activités. En 1923, le commerce de gros a démarré avec la création de l’entreprise Karl Schmidt OHG. Après la Seconde Guerre mondiale, d’autres entreprises ont été créées : la centrale Spar Région de la Ruhr, la société de grands magasins libre service P+Q, la E+W Schmidt GmbH et la Mercator GmbH. Appartenant à la deuxième génération de cette prospère famille de commerçants, Wilhelm et Ernst Schmidt ont fondé en 1963 le premier hypermarché libre service Metro à Essen. En 1964, ils ont fusionné avec les entreprises Beisheim et Schell, qui prévoyaient d’ouvrir un hypermarché libre service dans la ville voisine de Mülheim an der Ruhr, pour créer une société commune. A l’occasion de l’ouverture du troisième hypermarché à Berlin, ils se sont alliés à la société de négoce Haniel de Duisbourg, gagnant ainsi un partenaire financier, ce qui a permis une rapide expansion du groupe, auquel n’appartenait plus désormais le partenaire Schell. La fusion de ces entreprises commerciales a abouti en 1996 à la création du groupe Metro, dont les principaux actionnaires sont, outre la famille Schmidt, Haniel et Beisheim.

Le nom de la fondation

La Fondation a pris le nom du célèbre cartographe de Duisbourg, Gérard Mercator (1512–1594). Gérard Mercator a créé les coordonnées qui ont permis au commerce mondial de mieux s’orienter géographiquement, et aux idées de circuler. Son nom est donc synonyme de pensée globale, de précision scientifique et d’entrepreneuriat. Sa vie témoigne par ailleurs de tolérance interculturelle et interreligieuse – valeurs que défend la Fondation Mercator.

Les cartes et les mappemondes de Gérard Mercator étaient plus précises que tout ce dont on disposait jusqu’alors. Elles ont imposé des standards pour les deux siècles qui ont suivi. Conçue par lui, la « projection Mercator » est encore utilisée de nos jours : elle permet une représentation de la terre qui ne déforme pas les angles et facilite ainsi sensiblement la navigation en haute mer. Le mot « atlas » a également été inventé par Gérard Mercator pour décrire un recueil de cartes géographiques. Fils de cordonnier, Gérard Mercator s’est installé à Louvain après y avoir fait ses études, ville où il a commencé sa carrière. En 1544, il a toutefois été accusé d’hérésie, car on le soupçonnait d’adhérer aux idées de Luther. C’est probablement pour cette raison qu’il a déménagé en 1552 avec sa famille à Duisbourg. Mais il est aussi possible qu’on lui ait fait miroiter une chaire dans l’université de cette ville – la construction était prévue, mais Gérard  Mercator ne devait jamais en voir la réalisation. Gérard Mercator a vécu jusqu’à la fin de ses jours à Duisbourg, soit 42 années. Il est sans doute devenu le citoyen de la ville le plus connu aujourd’hui encore.

Rapport avec la Fondation Mercator en Allemagne

La Fondation Mercator en Allemagne, dont le siège se trouve à Essen, et la Fondation Mercator Suisse dont le siège se trouve à Zurich, ont toutes deux été créées par la famille Karl Schmidt. Elles sont donc liées par leur fondateur. Animées par les mêmes idées fortes et les mêmes convictions, elles fonctionnent indépendamment l’une de l’autre mais elle s’engagent dans des domaines thématiques qui sont similaires.